Dans mon dernier article j’avais évoqué avec vous l’accompagnement des émotions de l’enfant. En lien avec celui-ci, il me paraissait primordial d’écrire un article pour aborder le sujet du fonctionnement du cerveau et de son rôle dans la régulation de nos émotions.

La neuroscience est un sujet très complexe et il est parfois difficile d’en comprendre les tenant et les aboutissant sans avoir été formé sur le sujet. J’ai donc tenté de résumé et de simplifier un maximum les informations pour qu’elles soient accessibles à un maximum d’entre vous.

Le cerveau possède 2 grandes parties le cortex qui intervient lors des processus mentaux complexes et le système limbique qui régule les émotions et les comportement inintentionnels comme les réflexes.

Le cortex cérébral: cerveau intellectuel

Le cortex est divisé en 2 hémisphères eux mêmes divisés en 4 parties qu’on appelle les lobes. Ces lobes, bien qu’inter-connectés et inter-dépendants, ont tous une fonction spécifique.


Les lobes frontaux

C’est la partie la plus volumineuse du cerveau, elle si situe derrière l’avant du crâne. Les lobes frontaux jouent un rôle essentiel dans:
🔹 la concentration et l’attention

🔹 les fonction intellectuelles complexes comme la logique, le langage, la pensée, la concentration, la planification, la prise de décision etc

🔹 le contrôle de certaines capacités motrices

🔹 la régulation de l’expression de nos émotions

C’est grâce à cette zone du cerveau que nous pouvons (entre autre) écrire, nous organiser dans le temps et l’espace, atteindre des objectifs et avoir des réactions adaptées lorsque nous ressentons diverses émotions.


Les lobes pariétaux

Les lobes pariétaux se situent juste derrière les lobes frontaux.

Ils ont les fonctions suivantes:
🔹 l’interprétation des informations sensorielles

🔹 l’orientation dans l’espace

🔹 la prise de conscience du schéma corporel

🔹 influence dans la compréhension mathématique et dans la compréhension du langage


Les lobes occipitaux

Les lobes occipitaux se situent à l’arrière du cerveau. Cette zone du cerveau joue un rôle clé dans tout ce qui est relatif à notre vision (reconnaissance visuelle, différenciation des couleurs, création de souvenirs visuels etc)


Les lobes temporaux

Les lobes temporaux se situent des deux côtés de notre cerveau.

Cette partie du cerveau:
🔹 génère la mémoire et les émotions qui y sont liées

🔹 analyse les événements présents en fonction de la mémoire

🔹 emmagasine et rappelle les souvenirs à long terme

🔹 permet de comprendre les sons et les images et donc de reconnaître des objets et des personnes, d’intégrer l’audition et le langage.

Le système limbique: siège des émotions

Le système limbique est la partie qui se trouve en “profondeur” du cerveau. C’est la partie la plus ancienne du cerveau.
Son fonctionnement est son rôle sont complexes. Ce qu’il me paraît important de retenir aujourd’hui (en lien avec le sujet que j’aborde) est que le système limbique est la zone du cerveau qui régule les émotions et les actions inintentionnelles.

Le système limbique contrôle les fonctions liées à la survie telles que:
🔹 les émotions

🔹 les comportements alimentaires et l’appétit

🔹 le système nerveux autonome qui contrôle les fonctions digestives, respiratoire et cardiovasculaires

🔹 le contrôle du système endocrinien qui permet la libération d’hormones

Le cerveau de l’enfant et de l’adolescent

Les dernières découvertes en neuroscience prouvent que le cerveau de l’enfant et de l’adolescent est immature. En effet, la partie du cerveau qui se développe en dernier est le cortex préfrontal (zone située tout à l’avant du cerveau). Et celle-ci n’est mature qu’entre 25 et 30 ans!!

Demander à un enfant de “contrôler ses émotions” est donc une aberration scientifique. Avant environ 6 ans, l’enfant est en incapacité physiologique de gérer seul ses émotions. Il a besoin de l’adulte pour l’accompagner dans la gestion de ses émotions.

“Oui mais bon… certains enfants font quand même des caprices…!!”
Ce qu’on appelle communément “un caprice” est en réalité un trop plein émotionnel qui submerge l’enfant et qui le met en difficulté: il n’arrive pas à décharger son émotion et reste donc “bloqué” dans la phase de tension (cf. post sur le fonctionnement des émotions). Dans ces moments de “tempête émotionnelle” (comme dirait l’autrice I.FILLIOZAT) l’enfant a besoin de l’adulte pour l’aider à accueillir et exprimer son émotion. C’est grâce à un positionnement bienveillant et empathique que l’enfant pourra traverser cette tempête et accéder à la relaxation.

En d’autres termes, “le caprice” est dû à notre regard d’adulte que nous calquons sur les intentions de l’enfant. L’adulte pense que l’enfant est en train de le manipuler pour arriver à ses fins alors que l’enfant n’a même pas acquis cette capacité cérébrale.

A l’adolescence, les capacités intellectuelles sont bien développées mais le cortex préfrontal reste immature. La gestion des émotions reste donc encore difficile. De plus, la puberté engendre des changements physiologiques majeurs. Les émotions de l’adolescent fluctuent au rythme des bouleversements hormonaux, physiques, affectifs et sociaux.

Grâce aux récentes recherches en neurosciences, nous avons de plus en plus de connaissances sur le développement du cerveau. Nous savons aujourd’hui que leur cerveau est en pleine construction et qu’il ne fonctionne pas comme celui des adultes. Nous pouvons donc adapter nos comportements éducatifs et nos attentes envers les enfants/adolescents en fonction de leur capacités physiologiques.