Bonjour à tous et à toutes!

Pour le premier article du site Web, j’ai choisi de vous parler des émotions de l’enfant et de l’adolescent. J’ai choisi ce thème car c’est un des sujets majeurs que j’aborde avec TOUTES les familles que j’accompagne.

Certains diront que les émotions constituent un peu le sujet à la mode ces dernières années. Moi je ne parlerai pas de mode mais de découverte essentielle! En effet, les récentes études en neurosciences nous apportent de nouvelles connaissances sur le développement du cerveau qui viennent remettre en question bons nombres de nos fonctionnements éducatifs et sociaux.

Les dernières découvertes en neuroscience prouvent que le cerveau de l’enfant et de l’adolescent est immature. En effet, la partie du cerveau qui permet la régulation des émotions (cortex préfrontal) se développe en dernier. Et devinez quoi? celle-ci n’est mature qu’entre 25 et 30 ans!! Demander à un enfant de “contrôler ses émotions” est donc une aberration scientifique. L’enfant est en incapacité physiologique de gérer seul ses émotions. Il a besoin de l’adulte pour l’accompagner dans la gestion de ses émotions.

Mais concrètement, une émotion c’est quoi? 🤔

Définition

Mes lectures, mes formations et mon expérience d’éducatrice de jeunes enfants me permettent de définir une émotion de la manière suivante.

Une émotion:
🔹 est une réaction physiologique instantanée et transitoire;
🔹 souvent de grande intensité;
🔹 provoquée par une stimulation extérieure;
🔹 qui met le corps en mouvement.

Les émotions sont universelles, elles sont les mêmes pour tous les êtres humains (et les animaux) de la Terre! Les émotions primaires sont: la joie, la colère, la tristesse, la peur et le dégoût.


 Fonctionnement d’une émotion

Une émotion est déclenchée par un stimulus sensoriel extérieur: un son, une odeur, une image, un goût, un contact tactile. Cette information est interprétée comme une urgence par la partie “émotionnelle” du cerveau: le système limbique.
Notre système limbique va alors analyser cette stimulation et générer une émotion en fonction de notre besoin.
Suite à cette étape, le corps va se mettre instantanément mouvement grâce à notre système nerveux.

Chaque être humain est différent, c’est pour cette raison que nous ne ressentons pas les mêmes émotions devant une même situation. Par exemple: Arthur vole le goûter de Julia et de Amine. Julia se sent très en colère contre Arthur alors que Amine se sent triste de ne plus avoir son goûter.

Le schéma ci dessous résume le fonctionnement d’une émotion. Suite à une stimulation extérieur (appelé ici déclencheur), l’énergie va s’accumuler dans le corps: c’est la phase de charge. S’en suis alors une période de tension (plus ou moins longue). Pour sortir de cette phase de tension qui peut s’avérer de plus en plus inconfortable avec le temps, il est nécessaire d’exprimer son émotion en passant par le corps. La verbalisation, le sport, la respiration, la musique, le dessin, le coloriage, la méditation sont d’excellents moyens de décharger les tensions liées à une émotion. C’est grâce à cette dernière étape que nous pouvons accéder à la relaxation.

Le rôle des émotions

Les émotions sont naturellement présentes chez l’Homme et ont donc une fonction et une importance dans notre vie. Nous avons l’habitude (à tord) de parler d’émotions négatives (la peur, la tristesse, la colère, le dégoût) et d’émotions positives (la joie). Or, une émotion n’est ni positive, ni négative, elle EST, tout simplement. Effectivement les réactions physiologiques liées à la joie sont souvent plus agréables à vivre que celles provoquées par la tristesse, mais ce n’est pas l’émotion en elle même qui est positive ou négative. Par exemple, sur Terre, seules les espèces capables de ressentir la peur ont survécues; les autres se sont éteintes. Peut-on donc qualifier la peur d’émotion “négative”?

Chaque émotion est importante.
🔹 La joie nous permet de répondre à notre besoin primaire de création de lien social. C’est grâce à cette émotion que nous entrons en relation avec l’autre et que nous mettons en place des stratégie (plus ou moins consciente) pour être accepté/aimé des autres membres de notre espèce.

🔹 La colère mobilise l’énergie nécessaire pour faire respecter son territoire, son intégrité physique et morale.

🔹 la tristesse nous fait réaliser que nous avons perdu (de façon réelle ou illusoire) quelque chose ou quelqu’un. Cette émotion nous permet le plus souvent, d’activer notre capacité d’empathie et de réparation du lien social.

🔹 la peur s’active lorsque le cerveau analyse une situation de danger (réel ou supposé). Elle nous permet de fuir, d’attaquer ou de se figer pour se protéger.

🔹 le dégoût nous protège d’une situation potentiellement toxique pour nous. Le cerveau active cette émotion lorsqu’il se confronte à un aliment, une boisson ou une même une personne qu’il juge “suspecte”.

Comment accompagner les émotions de votre enfant?

Le point primordial pour accompagner les émotions de votre enfant est d’adopter une posture ouverte et bienveillante. En écoutant votre enfant, sans jugement sur ses émotions et en faisant preuve d’empathie vous aller l’aider à traverser ce moment et lui donner les clés pour pouvoir gérer ses émotions.

🔹 Etape 1 : aider l’enfant à IDENTIFIER l’émotion qu’il ressent et VERBALISER celle-ci. Exemple: Tu as les poings et la mâchoire serrées, tu as l’air d’être en colère. Qu’est ce qui te met en colère dans cette situation?

🔹 Etape 2: LEGITIMER l’émotion et faire preuve d’empathie envers l’enfant. Exemple: Tu as le droit d’être triste, ton émotion est normale./Je comprends que tu puisse te sentir triste.

🔹 Etape 3: Proposer à l’enfant un moyen d’EXPRIMER son émotion pour lui permettre un retour au calme.

Voici quelques idées d’outils qui permettent l’expression des émotions (liste non exhaustive à adapter selon l’âge de l’enfant):

– Le sport, la mobilisation du corps
– La respiration consciente, la méditation, la sophrologie
– Le lien avec la nature (balade, jardinage…)
– La musique, la danse
– Les activités manuelles (dessin, peinture, coloriage, scrapbooking, collage, découpage, tricot…)
– L’écriture
– La lecture
– Les jeux autour des émotions (roue des émotions, méteo des émotions, memory, jeux de cartes…)

En aidant l’enfant à identifier, verbaliser, légitimer et exprimer ses émotions, vous lui permettez d’acquérir les outils nécessaires pour accueillir et gérer ses émotions de façon autonome lorsqu’il en aura les capacités.

Et voilà c’est terminé pour aujourd’hui j’espère que cet article vous a plu!

Vous avez des questions sur le sujet? Des suggestions de thèmes pour le prochain article? N’hésitez pas à mettre un commentaire sur ma page Facebook ou Instagram!

Je vous dit à bientôt pour un autre article sur un nouveau sujet éducatif!

Rhitta EZZROURA,
Spécialiste de l’accompagnement éducatif et familial.